Nouvelle Alliance Renault-Nissan : quels effets sur les projets de voitures électriques ?

OTO News (Nouvelle Alliance Renault-Nissan) – Renault et Nissan se sont mis d’accord pour revoir en profondeur l’organisation de leur alliance. Renault a dû lâcher du lest, mais espère en échange une meilleure coopération.

Plus de 20 ans après sa création, l’Alliance formée par Renault et Nissan (à laquelle est aussi rattaché Mitsubishi) va prendre un nouveau départ. Le français et le japonais viennent de trouver un accord pour revoir leurs liens. Actuellement, le Losange détient 43,4 % de Nissan, tandis que Nissan détient 15 % du Losange. Les deux parties se sont entendues pour un rééquilibrage. Chacun aura désormais 15 % de l’autre (Renault vendra progressivement les actions en trop pour ne pas faire fondre leur valeur).

Surtout, il va y avoir un vrai équilibre des pouvoirs, car Nissan était privé de ses droits de vote, tandis que Renault avait vu son influence réduite à quasiment zéro du côté de Nissan, suite à des amendements ajoutés en 2015 au contrat liant les deux parties. Nissan se vengeait alors du poids de l’Etat français chez Renault, l’Etat détenant 15 % du capital du Losange mais avec des droits de vote doublé par la loi Florange.

A cela s’ajoutaient d’autres points de crispation chez Nissan, où l’on était agacé par exemple par le déséquilibre des liens alors que le japonais vend bien plus que le français dans le monde ou par la puissance de Carlos Ghosn, qui commençait à plancher sur un projet de fusion.

5 bases communes pour l’électrique

Autant d’éléments qui ont fait dérailler l’Alliance. Celle-ci ne tournait plus rond depuis quelques années, avec donc des bénéfices de plus en plus limités. L’arrivée d’une nouvelle direction chez Renault (Jean-Dominique Senard en tant que président et Luca de Meo en tant que directeur général), après la chute de Ghosn, a permis de relancer les discussions avec Nissan, qui avait lui aussi changé de patron.

Tout ce petit monde a d’abord réussi à s’entendre pour remettre à plat les liens pour les projets industriels. Mi-2020, Renault, Nissan et Mitsubishi ont ainsi annoncé un nouveau fonctionnement sur le principe du leader/follower : une marque s’occupe de la gestion d’un projet et en fait profiter les autres.

Cela ne suffisait toutefois pas du côté japonais. Celui-ci a donc finalement obtenu gain de cause, Renault et l’Etat français lâchant beaucoup de lest pour enfin trouver un accord qui permet de tourner la page. Cité par les Echos, un dirigeant du Losange résume la situation ainsi : « Mieux vaut 15 % utiles que 43 % inutiles ».

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here