Les voitures électriques affichent une progression exponentielle en parts de marché, dans ce contexte morose du marché traditionnel

0

OTO-News (ventes des voitures électriques) – dans un contexte plutôt morose du marché automobile mondial marqué par le recul de 12% des ventes en Chine, –10,4% aux Pays-Bas, -2,3% aux USA, etc.) les ventes de voitures électriques enregistrent une évolution inverse un peu partout dans le monde.

Les ventes des voitures électriques se sont envolées au cours du 1er trimestre 2019. En Chine elles représentent désormais plus de 5% des parts de marché et aux Pays-Bas, près de 8 %. Par contre les ventes de véhicules hybrides régressent.

Publiés récemment par le CAM (Center of Automotive Intelligence), les statistiques relatives aux ventes de véhicules électriques pendant le 1er semestre 2019 dans différents pays de la planète révèlent une nouvelle progression exponentielle de leur part de marché. La Chine reste le premier marché mondial pour les véhicules électriques. Au cours de la première moitié de l’année 2019, la demande y a progressé de 52%. Plus d’un demi-million de voitures électriques s’y sont vendues entre le 1erjanvier et le 30 juin. En à peine un an, la part de marché des véhicules électrifiés a connu une croissance de 75 % dans l’Empire du Milieu, pour s’établir désormais au-delà de la barre des 5 %. En chiffres absolus, c’est encore peu, mais l’envolée exponentielle des ventes de véhicules électrifiés observée depuis plusieurs années préfigure la tendance prochaine. L’usine Tesla de Shanghaï devrait produire ses premiers Model 3 avant la fin de cette année. « Motivés » par les quotas de vente de voitures électriques, chaque année plus contraignants, qui leur sont imposés par le gouvernement, tous les autres grands constructeurs, chinois comme occidentaux, s’organisent pour répondre à une prochaine explosion de la demande chinoise de véhicules branchés.

Etats-Unis : les ventes de voitures électriques progressent de 20 %

Aux Etats-Unis, les ventes de voitures électriques ont encore fortement progressé au cours du dernier semestre, malgré le contexte réglementaire et législatif difficile. Le lobby du pétrole y exerce une forte influence sur l’administration Trump et sur les gouverneurs républicains. Ainsi, dans le Connecticut, par exemple, les ventes de Tesla ont été déclarées illégales sur base d’une ancienne loi qui réserve aux seuls concessionnaires le monopole de la vente d’automobiles. Or, comme on le sait, Tesla vend ses voitures en direct dans des « stores » ou « galleries » et sur internet. Au Wisconsin et dans d’autres Etats aussi, des groupes de pression ont réussi à faire interdire la vente des Tesla. Certains Etats américains comme l’Illinois frappent même les véhicules électriques d’une taxe supérieure à celle des voitures thermiques. De toutes part des pressions sont exercées pour réduire voire annuler les bonus accordés aux States à l’achat de véhicules électriques. Par contre l’administration Trump prépare l’abolition des normes d’émission des véhicules thermiques imposées par Obama.

Malgré tous ces freins, près de 150.000  voitures électriques se sont vendues aux USA sur le 1er semestre 2019. Cela représente une augmentation de 20 % par rapport à la même période de l’année dernière. Notons toutefois que plus de 40 % de ces ventes sont concentrées sur la Californie et les quelques autres Etats qui ont adopté le programme Zero Emission Vehicle. Celui-ci oblige les constructeurs automobiles à proposer des véhicules électriques à la vente. C’est pourquoi le groupe Fiat-Chrysler (FCA) ne commercialisait la Fiat 500 électrique que dans ces Etats.

Sur l’ensemble du territoire US, la part de marché du véhicule électrique reste encore légèrement inférieure à 2 %, mais les analystes et les experts pronostiquent ici aussi une envolée prochaine du véhicule électrique : d’ici 5 ans les ventes annuelles devraient dépasser le million d‘unités. Les constructeurs et les équipementiers s’y préparent déjà. Le coréen LG Chem, un des leaders mondiaux des cellules pour batteries qui exploite déjà une usine au Michigan annonce par exemple un investissement de 1,7 milliards de dollars dans une seconde usine américaine. Elle devrait fournir des cellules pour FCA, Volvo, Hyundai, GM et Volkswagen. Akasol, un autre grand fabricant de batteries, mais allemand celui-là, vient également de révéler son projet de construction d’une usine à Detroit « en réponse à une forte demande de modules de batteries de la part de constructeurs internationaux majeurs ».

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here